Offshore low cost

Philippe Castellan s’est installé définitivement à Madagascar en 2007. Et n’a aucun regret. Cet expert-comptable français compte aujourd’hui 135 collaborateurs au sein de Scriptura, sa plateforme de sous-traitance offshore dédiée aux professionnels de la comptabilité. Son offre : des prix cassés sur le marché de l’externalisation des services comptables. “Mes clients sont principalement des experts-comptables français, mais également des petites entreprises et quelques PME au chiffre d’affaires de plusieurs dizaines de millions d’euros.” Tous sont séduits par la promesse de Scriptura : des prix divisés par deux. “C’est évidemment le premier argument, souligne le gérant, particulièrement dans le contexte actuel.” La main-d’œuvre malgache bon marché est donc la bienvenue pour réaliser des économies conséquentes.

Mais Philippe Castellan tient à le rappeler : “des prix bas sont chez nous synonymes de qualité et d’efficacité”. Tous les collaborateurs qu’il a recrutés ont été formés et ont passé les examens français de comptabilité, et les dossiers produits repassent dans tous les cas entre les mains des experts-comptables français avant d’être rendus au client final. M. Castellan a par ailleurs développé une vision très précise de ce que doit être le low cost dans son métier. “Contrairement aux idées reçues, faire du low cost oblige à définir parfaitement son process de production. Nous nous devons d’être 100 % transparents sur notre facturation : le client paie en fonction de ses besoins.”

Au contraire du procédé classique du forfait mensuel ou annuel, quand on parle low cost, on parle de prestations à la carte. Une politique qui séduit non seulement les experts-comptables, qui voient là une opportunité de libérer du temps pour se concentrer sur des tâches à plus grande valeur ajoutée, mais également les entreprises dont le service comptable est internalisé. “En externalisant la saisie de toutes les pièces comptables, les déclarations fiscales ou encore la préparation du bilan, le service comptable dégage du temps pour des activités à plus forte valeur : le suivi des fournisseurs, le suivi des factures en litige, etc.”.

Le nouvel Économiste