Le Web 2.0, solution pour la tenue ?

La tenue de comptabilité est entrée dans la crise. Certes, celle-ci n’atteint pas tous les cabinets de manière uniforme. Les études récentes (notamment « Eco-graphie des cabinets d’expertise comptable », D-cryptages 2014, B-ready) montrent que ce sont surtout les entités de petite et moyenne taille, qui pâtissent de la crise : stagnation du chiffre d’affaires et baisse de rentabilité.

La seule production de grands livres ne suffit plus à intéresser le marché. Ce dernier attend bien autre chose. C’est ce que démontrent toutes les enquêtes depuis quelques années : «85% des clients des experts comptables sont intéressés par d’autres prestations que la tenue de compte» (Chronique de Christian Barbaray in www.actuel-expert-comptable.fr). Constat permanent depuis des lustres, mais rien ne bouge !

Bien évidemment, passer d’une organisation totalement dédiée à la seule production de comptabilité à une organisation « orientée client » capable d’identifier les besoins autres que comptables et de les satisfaire, suppose un vrai saut technologique et culturel.  Il faut au préalable une prise de conscience (voir « La grenouille, le lapin et la girafe : les experts comptables face aux mutations » de Philippe Barré in Les Echos.fr), une volonté, de l’imagination, un changement bien conduit  et bien sûr de l’argent. Bref, une stratégie.

Tous les experts comptables sont parfaitement capables de proposer et de réaliser des budgets, des tableaux de bord, de l’accompagnement pour leurs clients. Pourquoi ne le font-ils pas ? La mutation serait-elle réserver aux seuls cabinets de plus de 50 collaborateurs, disposant de la taille critique pour financer et assurer cette évolution ?

Le numérique révolutionne les comportements : comptabilité en ligne, avocat en ligne en sont des exemples. Mais il est aussi parfaitement possible de combiner numérique et proximité.

Les cabinets de toutes tailles, petits et plus grands, peuvent enclencher leur mutation en réalisant une profonde refonte de leur image et de leur processus de production. Ils pourront ainsi dégager les marges et les temps nécessaires à leur mutation, et cela grâce aux techniques informatiques nouvelles.

[1] Le Web 2.0 est l’évolution du Web vers l’interactivité à travers une complexification interne de la technologie mais permettant plus de simplicité d’utilisation, les connaissances techniques et informatiques n’étant pas indispensables pour les utilisateurs (Wikipedia)