Ai-je intérêt à sous traiter et cela me rapporte quoi ?

Calculer les gains attendus de la sous traitance

Il ne faut pas sous traiter si :

  • les ressources internes sont inoccupées, ou en surnombre
  • la rentabilité globale de la tenue est bonne, que l’on ne prévoit ni croissance, ni évolution des prestations proposées, et que l’on compte céder à court terme.

On peut envisager la sous traitance lorsque :

  • On met en œuvre une stratégie de repositionnement et développement. Dans ce cas, la sous traitance est la première étape qui va permettre en quelques mois de réduire significativement les couts de production et surtout de libérer du temps de collaborateurs. Ce temps va pouvoir être réaffecté progressivement à de nouvelles missions, à un meilleur accompagnement des clients actuels, et finalement à plus de croissance et de meilleures marges. (voir approche low cost) (mettre lien hypertexte).
  • De façon plus ‘tactique’, pour variabiliser ses couts, dans le cas d’un gros dossier inattendu, ou d’une absence de longue durée

La sous traitance conduit à deux types de gain

  • Le boni sur le dossier : les couts affectés au dossier sont réduits de façon importante. Le dossier va donc générer un boni
  • Les heures libérées et réaffectées : de nombreuses heures d’assistant et de chefs de mission sont dégagées des dossiers. Elles sont affectables sur de nouvelles missions. Le calcul montre qu’il suffit en général de réaffecter ces heures sur de la production à 50%, pour que l’opération demeure rentable.

Simuler le gain pour votre cabinet